RÉPUBLIQUE DU BÉNIN 2015

RÉPUBLIQUE DU BÉNIN 2015

Le Bénin, terre d’ésotérisme par excellence, a été notre seconde destination. Embrassée par le fleuve Niger, la République du Bénin est la terre du Vaudou et de la spiritualité. Ce fut, sans aucun doute, le voyage le plus difficile, à la fois à cause du climat étouffant et de la traversée difficile de tout le pays en car en peu de jours. Comme en Éthiopie, le voyage comprend deux parties : sportive et solidaire. L’ancienne colonie française nous a merveilleusement bien accueillis : une aventure chargée en émotion, camaraderie et solidarité.

LE MATCH

Nos adversaires allaient être les Panthères FC Djougou, une des meilleures et des plus populaires équipes de la Première Ligue du Bénin, première ligue du pays. Le match s’est déroulé le lendemain de notre arrivée. Ce 8 février 2015, le match s’est déroulé dans le nord du pays, dans le stade Natitingou. Fait rare là-bas, ce dernier dispose d’une pelouse synthétique, avec une grande tribune de près de 8 000 spectateurs, dont des personnalités politiques reconnues dans le pays. Les médias locaux ont retransmis le match en direct ; il a donc reçu une grosse couverture médiatique

.

Le match a été reconnu officiellement par la Real Federación de Fútbol Español (RFFE), la Federació Catalana de Futbol (FCF) et la Fédération Béninoise de Football (FBF).

Avec 40°C pendant le match, cette expérience a été en l’une des plus dures que nous ayons vécue sur un terrain de football. Toutefois, le merveilleux accueil que nous ont réservé les supporters des Panthères a rendu l’effort plus beau. À notre arrivée à Natitingou, une parade de bienvenue a été organisée, ce que nous n’oublierons jamais.

L'ASPECT SOLIDAIRE

La République du Bénin est une terre sacrée et chargée de mystère et d’énergie. Un lieu saint qui stimule les âmes.

Le match contre les Panthères n’a pas été le seul match disputé. De retour dans la capitale du Bénin, Cotonou, nous avions un engagement beaucoup plus important.

Là-bas, nous avons visité un internat dans un des quartiers les plus modestes de la ville : un foyer pour garçons et filles de 9 à 14 ans, qui offre asile et scolarité. Les enfants vivent dans une maison près de l’école. Au-delà de la scolarisation, l’école véhicule des valeurs et les aide à se développer en tant qu’individus à travers le sport. Jouer avec les enfants de l’internat a été une expérience incroyable pour nous. Parmi eux, nous avons vu d’immenses talents, qui, sans aucun doute, iront très loin. À la fin du match, nous leur avons distribué du matériel scolaire et sportif et ils nous ont remerciés en chansons et danses typiques de la région.

Une partie des plus de 500 kg de matériel sportif et scolaire rapporté de Les Franqueses au Bénin, a été distribuée aux Panthères FC Djougou afin que leurs jeunes espoirs puissent s’entrainer à atteindre leurs rêves.